Historique

C'est en 1971, par une belle fin d'après-midi, au cours d'un 19e trou au Club de golf de Dolbeau, que s'amorce l'histoire du Club de golf de Saint-Prime.

Attablés devant une bière, un rye, un gin ou une liqueur, quelques mordus de golf, Bertrand Côté, Réal Verreault et Marc-Aurèle Tremblay de Saint-Félicien, Camil Marcotte de Saint-Prime, Julien Mongeon et Claude Marcoux de Roberval, décident d'unir leurs forces dans le but d'implanter un golf dans le secteur Roberval, Saint-Prime, Saint-Félicien.

Il n'y a pas encore de plan de travail, mais on fait quand même le survol de territoire pour un choix éventuel du terrain. La bisbille s'établit rapidement entre les gens de Roberval et de St-Félicien. Pour les premiers, le nouveau terrain devrait se situer en haut de la côte du Cran, sur les abords de la rivière Du Tremblay. Pour les autres, c'est trop proche de Roberval et trop loin de St-Félicien. Le projet semble déjà voué à l'échec.

Cependant, pour Bertrand Côté, il n'est pas question d'abandonner. Il réussit au début de l'automne à obtenir un compromis de ses amis de Roberval: le nouveau golf sera situé à St-Prime, à mi-chemin entre St-Félicien et Roberval.

Immédiatement, c'est le branle-bas et dès la fin de janvier de 1972, sur les conseils de messieurs Marc Garneau, maire de St-Prime, Jean-Paul Tanguay et Jean-Marie Laberge, les promoteurs arrêtent définitivement leur choix sur un territoire situé à l'entrée du village de St-Prime, côté St-Félicien. Le terrain convoité est coupé en deux parties pratiquement égales par la rivière des Iroquois et s'étend du chemin de fer du CN aux bords de la rivière Ashuapmushuan et du Lac-Saint-Jean. Il appartient à cinq propriétaires différents: mesdames Aurore Bélanger-Lapierre et Albertine Blackburn-Bélanger et messieurs Roland Perron, Gilles Lamontagne et Isidore Savard.

Les choses progressent alors rapidement et une première assemblée officielle des personnes intéressées à la construction d'un golf à St-Prime, assemblée confirmée par la rédaction d'un procès-verbal, se tient sous la présidence de M. Jean-Marie Laberge le 2 février 1972, dans la salle du collège Pie XII à St-Prime. Sont présents à cette assemblée, madame Marie-France Néron et messieurs Bertrand Côté, Réal Verreault, Julien Mongeon, Claude Marcoux, Jean-Paul Tanguay, Jean-Marie Laberge, Marc Garneau, Claude Parent, Marcel Bergeron, Alphonse Garneau et Jacques Vézina.

Le choix du territoire proposé est alors rapidement accepté et messieurs Marc Garneau, Jean-Paul Tanguay, Jean-Marie Laberge, Claude Parent et Marcel Bergeron sont nommés membres du comité chargé d'obtenir des options d'achat sur les terrains convoités.

L'assemblée suivante a lieu le dimanche 27 février 1972, dans la salle de conférence des Industries Tanguay à St-Prime, afin d'établir les bases de l'organisme qui sera chargé de construire le nouveau golf. Il est unanimement convenu de travailler à l'intérieur d'une corporation sans but lucratif qui sera dirigée par un conseil d'administration de onze membres, dont trois de St-Félicien, trois de St-Prime, trois de Roberval et deux choisis indifféremment parmi les trois populations.

Comme membres du bureau de direction ou Comité du golf, on retrouve alors :

Représentants St-Félicien :
messieurs Bertrand Côté, Marc-Aurèle Tremblay et Paul Hamel.

Représentants St-Prime :
messieurs Camil Marcotte, Normand Laberge et Rosario Rainville.

Représentants Roberval :
messieurs Paul-Émile Pouliot, Bertrand Garneau et Rémi Harvey.

Autres :
messieurs Réal Verreault de St-Félicien et Jean-Marie Laberge de St-Prime.

M. Paul-Émile Pouliot démissionne du Comité le 19 mars et est remplacé le 10 décembre 1972 par Rosaire Gagnon de Roberval.